Louis Genton, 15 novembre

The book of justice of the abbey of Saint-Germain-des-Prés. An example of the redefinition of monastic judicial power in medieval Paris (circa 1270-1280)

Louis Genton, Doctorant en Histoire médiévale à l’UVSQ, laboratoire DYPAC, ATER en histoire médiévale à l’université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA) Secrétaire de la revue Circé. Mail : louis.genton2@uvsq.fr

Version française

À l’abbaye de Saint-Germain-des-Prés, vers 1275-1276, les moines débutent la rédaction d’un manuscrit dans lequel ils consigneront jusqu’au début des années 1330 une série de 135 affaires judiciaires. Un examen matériel du registre et du contenu de certains cas souligne que ce livre de justice ne servait pas seulement à garder la mémoire des cas mais aussi à justifier face au prévôt de Paris l’exercice de la juridiction de l’abbaye en certains lieux ou certaines personnes. L’enjeu était de prolonger le processus de délimitation de l’espace juridictionnel parisien de l’abbaye débuté par un accord passé en 1273 avec Philippe III le Hardi (1270-1285). Loin de témoigner de profondes reconfigurations du dominium des moines au XIIIe siècle, ce livre atteste de l’insertion nouvelle de pratiques documentaires dans le jeu de pratiques judiciaires urbaines ritualisées.

####

Deutsche Fassung

In der Abtei Saint-Germain-des-Prés begannen die Mönche zwischen 1275 und 1276, ein Manuskript zu erstellen, in dem sie bis Anfang der 1330er Jahre eine Reihe von 135 Gerichtsverfahren festhalten sollten. Eine materielle Untersuchung des Registers und des Inhalts einiger Fälle unterstreicht, dass dieses Rechtsbuch nicht nur dazu diente, die Fälle zu erinnern, sondern auch die Ausübung der Gerichtsbarkeit der Abtei vor dem Propst von Paris zu rechtfertigen. Es ging darum, den Prozess der Begrenzung des Pariser Gerichtsbezirks der Abtei fortzuführen, der 1273 mit eine Vereinbarung Philipps III. (1270-1285) begonnen hatte. Dieses Buch zeugt nicht nur von einer tiefgreifenden Umgestaltung des Dominiums der Mönche im 13. Jahrhundert, sondern auch von einer neuen Einbindung dokumentarischer Praktiken in die ritualisierten städtischen Rechtspraktiken.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.